• Moh Kafka

  • Catégories

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 9 autres abonnés

  • Publicités

Bac 2010: « 61,23% c’est révoltant! »

Coup de gueule du jour. Meziane Meriane qui affirme que les résultats du Bac 2010 algérien sont trop positifs. Meziane Meriane, coordinateur du Snapest (syndicat national autonome des professeurs d’enseignement secondaire et technique) a donné une interview pour El Watan week-end.

Il raconte en gros que 61,23 % de taux de réussite c’est mal; que les nouveaux bacheliers (et la nouvelle génération en général) sont un ramassis d’abrutis. La preuve: la plupart échouent et échoueront à l’université.

En somme, le syndicaliste en question ne veut pas de ce nouveau type de Bac qui n’est pas un obstacle. Mais juste une épreuve, un examen comme un autre. La nouvelle version du Bac consiste juste à vérifier juste si l’élève a assimilé une partie suffisante du programme. Et la nouvelle réforme (même si je ne suis pas du tout partisan de la manière dont est appliquée) vise à coller aux standards internationaux.

Beaucoup sont nostalgiques du Bac oldschool avec des pièges, des questions ambigües et des barèmes emberlificotés. Là c’était du solide. Ca vous dissuadait de continuer à étudier.

meziane meriane

Morceaux choisis:

A propos du niveau des bacheliers : « Aucun paramètre ne permet d’affirmer qu’on a atteint une qualité requise » (Ok on n’en sait rien).

« L’élève est-il capable de suivre le cycle supérieur ? Non. » (Pas un peu précipitée comme analyse Monsieur Meriane ?).

« Plus d’un étudiant sur trois abandonne ses études à l’université. » (Donc on devrait diviser le nombre de bacheliers par trois pour augmenter la qualité… On voit bien le professeur de mathématique qu’est notre syndicaliste)

A propos de la limitation des cours pour les sujets 2010 à 2 trimestres (qui découle très logiquement de la longue grève) Meriane affirme :

« On aurait dû tranquilliser les élèves en leur disant que les sujets du bac traiteraient uniquement des cours étudiés, mais en les obligeant à réviser la totalité des cours ». Réviser : verbe trans. Revoir quelque chose; soumettre quelque chose à un nouvel examen. Question : comment réviser ce qu’on n’a pas étudié ? Autre question : pourquoi réviser des cours qui ne seront pas traités à l’examen ?

« Avec des sujets d’un niveau un peu plus élevé…plus de la moitié des mentions seraient revues à la baisse, voire plus de la moitié des lauréats seraient recalés ». On sent bien que cela aurait bien fait plaisir au monsieur.

« Les parents d’élèves connaissant le niveau de leurs enfants sont eux-mêmes étonnés par ces résultats ! » Traduction : Messieurs dames les parents franchement ça seraient pas mieux que vos enfants refassent le bac indéfiniment ? Ca serait pas plus pédagogique ?

Allez une dernière pour la route :

« Si la bougie de l’Algérie est restée allumée, c’est grâce à l’intelligentsia formée pendant les années 1960 et 1970 ». En somme : Sales jeunes allez danser la Tektonik !

Pour continuer à vous amuser avec Meziane Meriane voici l’interview complète.

Publicités