Le Petit Fûté persiste dans sa stigmatisation de l’Algérie

C’est la polémique qui remue le net et la presse algérienne en ce moment. Les propos intolérables du Petit Fûté Algérie 2010. C’est une contribution de M. Kezzar dans El Watan qui a ouvert le débat. Le journaliste et spécialiste en tourisme reprend des extraits du guide qui torpille littéralement la destination Algérie dans tous ses aspects: Politique (curieux pour un guide touristique, cet aspect est mis au premier plan), social (insécurité, violence contre les femmes, prostitution, islamisation… bref le discours sur les banlieues à peine modifié), culturel (avec notamment des photos de vielles dames dans la nature portant la légende « kabyles » exactement comme on mettrait « girafes »), sanitaire (notre eau est sale et « il est difficile de se soigner ») je vous passe les passages fleuris de réflexions sur la jalousie et la tendance naturelle au commérage chez les Algériens…

kabyles dans la nature

Bref un guide à haute teneur caricaturale qui ne manquera pas d’égayer vos soirées de ramadan. Comme j’en avais parlé après la sortie de l’article: je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. Et là Jean-Paul Labourdette, le directeur de la collection réagit dans une interview. Voici les propos rapportés par le site d’information Rue89.com:

Le Petit Fûté est l’ami de l’Algérie

Ce guide a plus de deux ans, c’est sa quatrième édition, il a été relu par nous et validé par le bureau de la censure des autorités algériennes… Je ne comprends pas bien pourquoi El-Watan fait cette polémique aujourd’hui. Pourquoi s’attaque-t-on au “Petit Futé” ?

… Nous faisons la promotion de la destination !

… Le Quai d’Orsay nous l’a même parfois reproché !

D’abord remarquons que ce guide qui crie haut et fort que le pouvoir algérien est corrompu, totalitaire, islamiste, incompétent, injuste… Eh bien ce même guide se plie à l’exigence de l’état algérien de passer par « le bureau de la censure ». Le guide prend même partie pour ce pays contre les autorités de son propre pays. Le Petit Fûté serait l’ami des dictatures?

Je pense plutôt que ce guide a flairé le pactole (le Petit Futé Algérie est la deuxième meilleure vente de la collection!) et le comité de lecture a été d’un incompétence qui nous mettrait presque d’accord avec les propos du guide. Précisons que beaucoup de grandes entreprises algériennes (Mobilis, Air Algérie…etc) ont réservé des pages de publicité dans le guide… Eux non plus n’ont rien remarqué d’anormal.

Le Petit Fûté est un sentimental

Ça n’a rien de stigmatisant. Je ne vois pas pourquoi l’auteur n’aurait pas le droit d’écrire l’analyse qu’il fait de la société algérienne telle qu’il l’a ressentie. Une partie des extraits critiqués figuraient d’ailleurs dans les éditions précédentes et il n’y a jamais eu de problème.

Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas décrire notre vision. Surtout que des dizaines d’articles dans la presse européenne relatent ces faits, par exemple sur la situation des femmes, la corruption, le système économique du pays.

J’avoue que ce « Notre vision » est désarmant. Ce guide serait donc finalement la visions de deux ou trois personnes qui ne se soucient nullement de la réalité qui existe au-delà de le « Leur vision ».  Prenons par exemple l’histoire des violences conjugales. Le Petit Futé affirme:  « il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille, sa sœur« . Il donne ensuite le chiffre de 4000 cas de femmes battues par ans.

Quand on sait que le dernier rapport en France signale 410.000 cas pour l’année 2007 avec une hausse de 30%. Quand on sait que l’urgence poussé l’Etat français à décréter La violence conjugale cause nationale. On se pose des questions. Entendons-nous bien je ne dis pas que les femmes sont mieux traitées en Algérie qu’en France, je n’en sais rien. Mais qu’on dise que l’algérien trouve normal de frapper les femmes. Là nous sommes au-delà de l’intolérable.

Le Petit Futé serait-il un algérien comme les autres?

L’argument suprême du Petit Futé est  que les commentaires des internautes donnent raison au guide. Alors oui je dois dire que beaucoup de commentaires lui donnent raison. Mais comme vous le savez les commentaires sont à l’information web ce qu’est la discussion de comptoir au journalisme. Oui un taxi m’a dit ce matin que les algériens sont incultes, oui mon coiffeur m’a dit l’autre jour que les algériens sont sales… Est-ce que je reprendrais ces propos dans un guide touristique distribué dans le monde entier?

Au fait cette remarque résume ce que je reproche à ce guide. Une familiarité inacceptable… On le dirait tout droit sorti du cerveau d’un algérien très moyen et agrémenté d’un langage Banania du plus bel effet. Je crois qu’on mérite mieux.

Alors oui l’Algérie est riche en dysfonctionnements et en paradoxes mais ça on s’en occupe. Que les guides touristiques restent des guides touristiques, pas des pamphlets à charge. Nous sommes assez futés pour nous rendre compte de nos problèmes dans leur vraie dimension et de tenter de les régler.

Épilogue

A part les médias indépendants et la société civile, la réaction du côté algérien est quasi nulle. Aucune déclaration officielle. Du côté Petit Futé, voici la décision: Pour la cinquième édition (décidément ce bouquin se vend très bien) « deux ou trois phrases seront peut-être modifiées; a déclaré Monsieur Labourdette. Mais pas ce qui rend compte de réalités factuelles »

Ah oui voilà un petit cadeau pour vous:

Le texte intégral du Petit Futé 2010.

Merci qui? Merci google books.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :