Connaissez-vous les mudejars? Les andalous « domestiqués »…

Que sont devenus les habitants d’Al Andalus après la reconquête chrétienne? La plupart se sont exilés mais quelques uns sont restés pendant la période dite de tolérance entre le XIème et le XVème siècle. Ceux qui sont restés furent appelés mudejars (on donne l’origine arabe مدجن mudajjan qui signifie « domestiqué » mais cela reste à confirmer).

Les mudejars n’étaient pas christianisés mais devenait bien sûr sujets du royaume chrétien. Ils ne parlaient plus l’arabe mais continuaient à l’écrire. Comment? Eh bien ils écrivaient l’espagnol (castillan) avec des caractères arabes. On doit aux mudejars des romances admirables. Leur poésie est nommée Poesia aljamiada (aljamia vient de l’arabe أعجمي A’jami signifiant « Etranger »).

Ecoutez Paseabase el rey moro. Un poème très connu en Espagne qui raconte la détresse du roi d’Alhama apprenant la perte de cette province de Grenade, conquise par les féroces chrétiens. Et puis le poète juge en somme que c’est tout ce que méritait ce roi qui avait choisi « les renégats de Cordoue » et tué les meilleurs hommes de Grenade.

Et maintenant vous voudriez voir à quoi ressemble la poésie aljamiada? De l’Espagnol écrit en Arabe. Eh bien j’ai ce qu’il vous faut. Un petit exemple:

Texte en Aljamia du XVIème siècle

Il s’agit d’un texte du XVIème siècle. Période où il était de plus en plus dur d’être musulman et vivant en Espagne. Ce texte reprend les propos d’un « Alim » (homme de savoir. Plur: Oulema) qui enjoint aux mudejars de continuer à pratiquer les préceptes de l’islam en cachette malgré la persécution. Cela en continuant à chanter aux chrétiens qu’ils auront le salut éternel avec leur religion… Histoire de sauver sa peau (la dernière phrase est de moi).

Voici la transcription espagnole:

Dixo un alim [=ulema] d’este rreyno hablando de nuestro encerramiento: «Yo bien conozco que somos en una temporada de grande espanto, mas no por eso dexara Allah de darnos cautoriçada [=castigo] si dexamos el pro’o [=el pro, la ventaja] de nuestro poderío en lo que toca al preçeptado mandamiento. Y a quanto l’amonestança [=el disimulo, la taqiyya], todos la podemos usar por la bía prebilejiada y con los cantares ajenos por donde los christianos hacen salva, pues todo cabe debaxo de buena disimulança, porque la buena doctrina no la puede bedar ninguna ley por inumana que sea».

Je ne sais pas vous. Mais moi je suis vraiment interpelé par ces textes qui témoignent d’une envie de sauvegarder sa culture malgré les aléas de l’histoire. Je crois que les indiens d’Amérique par exemple sont les frères des mudejars. Les mudejars c’est presque une allégorie de l’époque d’uniformisation que nous vivons aujourd’hui. Bref, je suis sous le charme!

Ma découverte des Mudejars s’est faite grâce au groupe Axivil Aljamia de l’espagnol Felipe Sánchez Mascuñano. Ce monsieur a tenté à partir de plusieurs sources de recréer la musique des mudejars. Disons-le le résultat doit autant à la créativité du musicien qu’aux efforts du musicologue. Et pour cause, si les textes ont subsisté la musique a complètement disparu. Je l’ai vu en concert et c’était un grand moment de musique et de poésie.

Axivil Aljamia: Felipe Sánchez Mascuñano (Oud) et Pedro Sanz (Chant)

Axivil Aljamia: Felipe Sánchez Mascuñano (Oud) et Pedro Sanz (Chant)

Photo de Sid-Ahmed Abid. Un vrai passionné de musique andalouse et auteur du blog Andaloussi.net

Pour en savoir plus:

-Article assez complet de Wikipedia (Espagnol). Avec notamment une version Aljamiada d’un texte de écrivain argentin Jorge Luis Borges (Attention cet auteur est l’auteur des textes les plus novateurs du XXème siècle… et je ne suis pas le seul à le penser): Lire l’article de Wikipedia

-Un exemplaire du coran en aljamiada: Lire texte

-Ecoutez d’Axivil Aljamia avec l’excellent chanteur de flamenco Pedro Sanz: Axivil Aljamia.

-Très bel article (Espagnol) de Ali Ketani sur la langue et la littérature aljamiadas: Lire article.

3 Réponses

  1. Bonjour,
    étudiante, je fais précisément mon mémoire sur la musique des mudéjares/moriques du 1er 16e siècle. Cet article est très intéressant! Peux-tu me dire quelles sont tes sources?
    Merci!

  2. Bonjour à vous!

    Ton sujet de mémoire est passionnant… Et courageux étant donné qu’il reste bien peu de traces quant à la musique de mudejars. Je serais ravi de prendre connaissance de ton travail!

    Pour les sources de l’article, je ne m’en souviens pas très bien vu que l’article date un peu. Outre les informations recueillies auprès de Felipe Sánchez Mascuñano, il me semble que je m’étais surtout basée sur l’article « Arte mudéjar » sur Wikipedia (en espagnol). Si vous ne faites pas totalement confiance à Wikipedia (et vous auriez bien raison!) vous pourrez toujours consulter les ouvrages référencés dans la bibliographie de l’article en question.

    Bon courage à vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :