Une Imagination fertile

Un conte que j’ai imaginé il y a de cela quelques années déjà. Illustration de mon cher ami et graphiste de talent Sid-Ali.

Une Imagination fertile

Un jour un homme qui se sentait seul s’imagina avoir un arbuste qui pousse sur la tête. Cette idée lui procura l’excitation de l’esprit qu’on recherche avidement quand rien ne se passe dans notre vie. Alors il la cultiva tant qu’il pu. Et tous les matins il vérifiait frileusement l’état de sa plante imaginaire.

Illustration imagination fertile (Il la cultiva tant qu'il pu...)

Illustration: Imagination fertile (Il vérifiait l'état de la plante)

Au bout de deux semaines l’arbuste était bien formé avec un tronc rigide et des branches feuillues s’épanouissant de toutes parts… Il avait l’air d’un véritable arbre miniature. L’homme prit pour habitude de lui adresser la parole : d’abord indirectement pour masquer le ridicule de cet acte « on dirait qu’il pousse bien mon arbre » ; puis sans détours « Bonjour. Je te trouve de toute beauté ce matin » ; pour finir par avouer « mon Brissou tu es toute ma vie ».


Illustration: Imagination fertile (l'arbuste devient un arbre majestueux...)

Inutile de le cacher l’homme devenait de plus en plus stupide. Les racines profondément plantées dans son cerveau, l’arbuste se nourrissait de sa matière grise. Et même les neurones épargnés par le commensal ne s’occupaient plus que de Brissou et de son bien-être.

Après quelques mois l’arbuste devint un arbre majestueux, au feuillage joliment arrondi, au tronc si robuste que les piverts n’osaient pas y risquer leurs becs. L’arbre était réputé chez tous les volatiles du coin. Il était de bon temps de se donner rendez-vous chez Brissou. On y observait en permanence le spectacle des parades maladroites et des ébats frénétiques des jeunes oiseaux inexpérimentés.


Au printemps l’arbre se para de mille fleurs : du rouge à faire honte au coquelicot, du blanc à faire pâlir de jalousie les plus fiers lilas, du jaune à donner le tournis au tournesol… Des fleurs de toutes les couleurs. En plus de son expression d’hébétude habituelle l’homme affichait un ébahissement perceptible et un filet de bave épaisse coula de sa bouche quand il grommela : « Beau Brissou ».

Illustration Imagination fertile (fruits extraordinaires...)

Quelques temps après l’arbre donna des fruits extraordinaires : plus beaux que des pommes, plus juteux que des raisins, plus sucrés que des dattes. L’homme paraissait au sommet de l’émerveillement avec sa bouche ouverte et ses yeux exorbités. Mais ce n’était qu’une impression trompeuse. En vérité l’homme était mort. Mort sans même admirer ou goûter les fruits merveilleux de son arbre.

Illustration: Imagination fertile (l'homme mort)

4 Réponses

  1. Il y a des contes comme celui-là qu’on aimerait lire tout les jours. Vivement un nouveau conte de Moh Kafka🙂

  2. J’aimerai savoir s’il m’est possible de le publier sur mes blogs (professionnels et artistiques) Il est vraiment très beau !
    Vivement le prochain !!

  3. Bien sûr. Vous pouvez le publier j’en serais même honoré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :