El Watan t’apprend à vivre… En bikini

Petit coup de gueule du jour. Pour un truc qui n’en vaut certainement la peine.

Un article intitulé: « Tendance sur les plages d’Alger : Bikinis, paréos et autres maillots hidjab… » dans le journal d’El Watan.

Time life affiche: Tu la veux celle-là?

Eloïse Lagny, l’auteure de l’article, nous explique le drame des plages des quartiers populaires: on ne peut pas y nager en maillot deux-pièces! Quel enfer, quelle horreur et quelle désolation.

Nous parler de ça alors que les pneus brulent à Triolet, que des centaines de familles se retrouvent sans logement. Et notre journaliste se demande pourquoi les gens ne sont pas très ouverts dans les quartiers populaires. Mais nom de nom quand on est frustrés de tout, comment voulez-vous qu’on soit tolérants, ouverts d’esprits, polis…

Quelques extraits:

Alors donc à Bab el Oued: « Nous avons pu observer la « pudeur » affichée des femmes. Aucun maillot de bain. On se dissimule derrière des vêtements amples, qui parfois exacerbent d’ailleurs des formes qu’ils prétendent dissimuler aux yeux de tous. « Je ne pourrais jamais me mettre en maillot deux-pièces ici », déclare avec dépit une jeune fille. « Je ne peux pas, je me sens jugée » ».

Le sarcasme de ces guillemets à pudeur est simplement insupportable. Non seulement ces filles vivent dans des quartiers insupportables, dans des conditions inacceptables. Elles tentent vaille que vaille de se divertir et notre Eloïse Lagny déboule pour les juger et les traiter quasiment d’hypocrites. Franchement c’est une position extrémiste pour un journaliste.

« L’idée n’étant pas forcément d’imposer le maillot deux-pièces comme vêtement « officiel » de plage, mais plutôt de normaliser son usage ».

Tout est dit. Notre journaliste d’El Watan nous explique comment on devrait penser. « Normaliser son usage » et puis quoi? Faire passer un texte de loi? Est-ce que c’est au journaliste de nous dire ce qui doit être normalisé ou pas? Les gens s’habillent comme ils veulent et si les mentalités n’acceptent pas certains vêtements ça viendra avec le temps. Décréter ce qui doit être porté/normalisé ou pas par les gens ne fait qu’exacerber les conflits (la France l’a bien prouvé).

A Palm-Beach et Sidi-Fredj: « se côtoient tous les genres. Maillots légers pour certaines, T-shirt et short pour d’autres, voile pour certaines…Une jeune fille nous dit ne pas porter de maillot « par habitude ». Pudeur ? Morale ? Tradition ? »

Ah des doutes, des doutes? Serait-ce son mari polygame qui la force à ne pas porter de maillot? Serait-ce son frère égorgeur de mouton qui la maltraite? Ou peut-être est-ce l’imam du quartier envoyé par Al Qaida? Suspens…

Dans la piscine de Bordj El Kifan: « Nous nous trouvons confrontée de plain pied dans un univers totalement différent…Les hommes doivent être accompagnés pour rentrer. Un prix assez élevé… prix à payer pour « se sentir plus libre » ?…Faut-il, pour pouvoir arborer librement bikini ou autre brésilien de son choix, débourser davantage ? De la musique, une animation intense : les gens dansent, glissent le long des toboggans… confort et « liberté » semblent de mise. »

Voilà, la vie est plus belle quand on est riche. C’est ce que j’appelle du journalisme de fond. De l’investigation.

Et juste un détail: On dit « confronté à » et non « confronté dans « .

Conclusion: « L’intolérance et l’incompréhension, quant à certains comportements vestimentaires, amènent au cloisonnement des individus dans certains espaces. Est-ce vraiment ce à quoi il faut rêver d’aboutir ? Cette différence, selon les lieux et milieux, devrait attirer notre attention. Atteste-t-elle du malaise de la société algérienne empêtrée dans ses contradictions ? »

On parle de la France-là? Je pense que c’est une déformation professionnelle. Notre Heloïse Lagny devait travailler pour la presse française. Mais l’Algérie n’est pas la France (depuis quelques temps déjà).

Non vraiment, sérieusement il faut revenir sur terre. Je suis d’accord qu’il faudrait arriver à une plus grande liberté en Algérie dans tous les domaines (et pas seulement dans les maillots de bains). Mais prenons le problème dans son ensemble: une jeunesse frustrée de tout (réussite, voyages, études, confort, estime, divertissement… la liste est longue). Et on voudrait décréter le port du Bikini dans les plages de Bab El Oued. Oui on pourrait le faire, mais en mettant une brigade de gendarmes autour pour tabasser les jeunes avides de savoir et pressés d’aller à la rencontre de l’autre.

6 Réponses

  1. J’en ai eu des conversations sur ce sujet (celui de l’argent pour être plus libre d’une certaine manière). Une fois, un gars a dit (après m’avoir dit que je ne devais pas sousestimer les algériens parce que tous les algériens partaient à l’étranger pour leurs vacances et ) ce que j’aurai penser si M6 avait fait un reportage sur les « bas fonds » d’Alger (accessoirement : Piscine Bordj El kiffan, La boite de nuit Le Pacha d’un côté et la débrouille des chômeurs de l’autre jeune t moins jeune avec les menaces d’attentats). je vis en France mais je connais suffisamment Alger. j’ai trouvé ça écoeurant de la part d’un algérien qui a essayé de me faire croire que tous les algériens pouvaient se permettre de partir en vacance (alors même que beaucoup se ruinent largement pour essayer d’avoir un séjour quelque part les autres leurs plages ou les piscines quand ils en ont les moyens) et de l’autre poser en catégorie de « bas fonds » ceux qui sont dans la débrouille et qui survivent.
    Bon le gars algérien est de cette nouvelle classe de nouveau riche : trois sous dans la poche, pseudo jeunesse qui se perd de dépenser outre mesure à coup de crédit juste pour dire la réussite. Mais c’est assez difficile d’admettre le manque total de solidarité dont beaucoup ont l’air de vanter alors même qu’ils ne sont jamais aller à la rencontre des autres. Un autre exemple : une fille m’a dit mais on est tous des algériens pour m’avouer ensuite qu’elle n’a jamais mis les pieds dans certains quartiers d’Alger. Voilà la ,solidarité à l’algérienne. Alors que moi même étant née en France, pouvant prétendre n’importe quoi, j’ai fait tous les quartiers d’Alger et me suis jamais permise de considérer comme quoique se soit un algérien.

    • Je ne dis pas que la vie dans les quartiers populaires est paradisiaques loin de là. Au contraire, je dis qu’il faut traiter les vrais problèmes des gens pour qu’ensuite on puisse réfléchir à la liberté d’opinion…etc
      Et si ces gens qui veulent nous « libérer » arrivent avec leurs gros sabots de civilisateurs, ça ne marchera jamais.

      • « Je suis d’accord qu’il faudrait arriver à une plus grande liberté en Algérie dans tous les domaines (et pas seulement dans les maillots de bains). Mais prenons le problème dans son ensemble: une jeunesse frustrée de tout (réussite, voyages, études, confort, estime, divertissement… la liste est longue). Et on voudrait décréter le port du Bikini dans les plages de Bab El Oued. Oui on pourrait le faire, mais en mettant une brigade de gendarmes autour pour tabasser les jeunes avides de savoir et pressés d’aller à la rencontre de l’autre. »
        voilà en tt cela je vs rejoins tt à ft. par contre je ne joue nullement au civilisateur même si vs l’avez perçu comme tel. Cet article se veut une observation d’une des manifestations des problèmes et du mal être que connait la société algérienne. bien sûr que je sais les difficultés que connait tout un chacun et que ce n’est pas en deux semaines que les filles se précipiteront en maillot deux pièces sur la plage. évidemment. Bien sûr que cela prendra du temps. cependant l’avenir se construit, les mentalités évoluent si les gens prennent conscience d’une possibilité de changement. L’Algérie n’est pas la France. Je n’ai jamais pensé cela, je ne rêve pas d’un clone français ou je ne sais ce que vous aviez à l’esprit. Chaque pays évolue en fonction de son histoire, de son contexte politique, et des aléas sociaux, … Je ne suis pas ici en train de donner des leçons mais de dresser un constat, sur lequel nous sommes d’accord dailleurs.
        C’est parce que je suis française que vous me jugez ainsi, car des personnes pensent cela ici même, et c’est justement ce mouvement qui m’intéresse. car ma position est bien évidemment plus facile à tenir. et oui vous avez raison le problème ne se résume pas au maillot de bain. cependant, n’importe quel article ne saurait répondre à la problématique de la libéralisation de la société. le problème s’avère bien trop complexe. et je n’ai pas dit que les filles étaient hypocrites, je ne me le permettrais jamais, simplement, la société les contraint à adopter certains comportements, c’est pourquoi bien sûr elles n’ont pas véritablement le choix. c’était cela le sens de mon propos.
        je vous remercie en tt cas pour votre réaction.

      • Merci de vos remarques.
        Tout d’abord je vous saurais gré de ne pas me traiter de xénophobe. « C’est parce que je suis française que vous me jugez ainsi ». Je ne juge pas et c’est bien là que nous divergeons. Quant à ma position envers les Français: mon musicien préféré s’appelle Erik Satie et mon journal préféré est « Le Monde Diplomatique » (c’est vous dire si je suis anti-français🙂. Donc voilà les présentations sont faites, je ne suis pas xénophobe et je ne vous juge en rien. Vos affirmations m’auraient autant exaspéré si elles venaient de Benfodil ou de Chawki Amari…

        Passons à l’essentiel. D’accord la situation est intenable, la jeunesse souffre de toutes les formes de frustration. Disons que c’est similaire à la France d’avant 68. Et qu’est-ce qui a fait la réussite de Mai 68? L’implication des étudiants. Chez nous les aspirations des étudiants sont prises en charge en grande partie par l’UGEL (un mouvement hybride teinté de conservatisme religieux) ou alors par des mouvements identitaires kabyles. Bref à une demande simple: « J’ai envie de vivre ma jeunesse » on répond par des solutions emberlificotés du genre: il faut un état islamiste, il faut libérer la Kabylie…

        Les mouvements auxquels vous faites allusion c’est encore pire. Ils n’ont que très peu de liens avec la base de la société. Et ce n’est pas des manifestations (fort sympathiques par ailleurs) comme Bezzef qui vont changer ça. C’est triste mais la démocratie ne séduit plus… En même temps les dernières élections transparentes nous ont coûté très très très cher…

        Pour revenir au sujet, il faut aussi éviter les manichéismes de toutes sortes. Par exemple, il ne me parait pas judicieux d’opposer la femme à l’homme. Une société moins étouffante ferait autant plaisir aux jeunes filles qu’aux jeunes gens. Figurez-vous qu’une société moins étouffante plairait même aux militants islamistes…

        En tout cas bienvenue en Algérie, je vous souhaite bien du courage mais aussi du plaisir avec notre peuple complexe mais passionnant!

      • ça je ne te dirai pas le contraire pour les gros sabots de civilisateurs ! Je suis contre ce genre de comportement.

  2. Désolée, J’étais passé juste pour te remercier de ton commentaire et tes encouragements sur mon blog.
    http://inspirationsartistique.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :