Patrick Bebey: un Pygmée dans le jazz

L’an passé je rencontrais à Alger cet excellent musicien et chanteur. C’était le Festival Panafricain, édition 2009. Un événement comme l’Algérie en connait peu (le dernier Panafricain datait de 69). Alger était en effervescence. On rencontrait les artistes dans la rue, dans les hôtels, sur des scènes improvisées dans les quartiers. Vous pouviez dans une même journée rencontrer William Klein, Salif Keita, Cesaria Evora, Youssou N’dour… Et découvrir des génies méconnus. Parmi ces découvertes: Patrick Bebey.

BEBEY SANZA

Patrick Bebey jouant de la Sanza en live

Je l’avais retrouvé dès son arrivé à l’hôtel El Djazair. Il était un peu fatigué mais a accepté de m’accorder un entretien passionnant…

Voici l’interview telle que publiée sur le site du Panaf 2009 (le titre est un jeu de mot un peu foireux mais c’est Patrick Bebey lui-même qui l’a dit):

Patrick Bebey: « Les Pygmées sont les plus grands musiciens d’Afrique! » (part 1)

Patrick Bebey, musicien aux multiples talents et ambassadeur musical de la culture pygmée dans le monde. Il nous parle, au cours d’une longue entrevue, de son expérience musicale, des grands noms de la musique africaine et internationale qu’il a connus ainsi que de ses réalisations artistiques, notamment « Oa Na Mba », son dernier album dont il interprétera quelques titres dans un concert au programme du Festival africain de Jazz d’Alger.

Vous êtes en Algérie dans le cadre du Festival panafricain. Qu’évoque pour vous l’expression « culture panafricaine » ?

C’est quelque chose de grandiose. C’est un événement qui malheureusement n’a pu être organisé qu’après plusieurs années et j’ai en plus la chance de participer à cette seconde édition. Je suis vraiment  ravi et très fier d’être là !

Votre musique est un mélange de Jazz, de musiques traditionnelles africaines et de musique brésilienne. Une musique panafricaine…

C’est vrai que ça ressemble vraiment à mon parcours. J’ai grandi principalement en France depuis l’âge de dix ans. J’étais entouré de musiciens africains et aussi brésiliens qui m’ont beaucoup inspiré et avec lesquels je me retrouve aujourd’hui à travailler.

Et si vous nous parliez de votre parcours…

J’ai commencé à l’âge de 5 ans, par le piano classique, jusqu’à mon inscription au conservatoire de Paris. Et puis… Le classique n’a plus voulu de moi (rire). Je ne rentrai pas dans le moule. J’avais dans l’idée de me servir de cette base classique pour composer ma propre musique qui serait  plus proche de l’Afrique. J’ai eu le malheur d’en parler à mon professeur et le jour de l’examen on ne m’avait pas laissé jouer ! Quand le classique n’a plus voulu de moi, je me suis tourné vers les musiques d’Amérique latine et puis rapidement vers l’Afrique. Jusqu’à me retrouver à travailler avec de grands musiciens africains, comme Mory Kanté, il y a de cela 23 ans. Ca ne me rajeunit pas (rire). D’ailleurs, le percussionniste qui m’accompagne sur l’album et au festival, Moussa Sissoko, originaire du Sénégal, je l’ai connu il y a 23 ans avec Mory Kanté. On est devenu amis et on joue ensemble aujourd’hui encore.

Une autre grande figure de la musique africaine que vous avez connue : Miriam Makeba, l’icône du festival panafricain. Vous avez fait une tournée internationale avec elle. Qu’évoque son souvenir pour vous ?

Une énorme tristesse de me dire que je ne pourrai plus jouer avec elle. On a fait vraiment le tour du monde. On a fait des tournées ensemble pendant six ans et quel que soit le pays où on jouait il y avait plein de monde qui venait la voir de partout, c’était très impressionnant. Et même pour elle ce n’était pas très évident à gérer tous les jours. C’est une grande dame avec une humanité rare. L’opportunité  de travailler avec elle pour un jeune musicien africain, c’était vraiment une consécration.

Lire la suite…

Ecoutez Patrick Bebey sur son Myspace. Je vous recommande fortement Sunny Crypt. C’est joué avec la fameuse technique polyphonique de la flûte pygmée (c’est à dire qu’on chante en jouant) et c’est hypnotique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :